Si l’année a connu son lot de difficultés, les innovations et nouvelles technologies ont continué de fleurir du côté de nos éleveurs. Voici les tendances que GRG Maison des Viandes a pu retenir du côté des nouvelles technologies qui pourront bientôt faciliter la vie de ceux qui nous font confiance.

  1. Cap sur l’IOT avec les Capteurs

Les objets connectés ou IOT ne cessent de se développer dans l’agriculture. Ceux-ci permettent d’acquérir des informations et de faire de la domotique des outils d’aide à la décision dans le domaine de l’élevage. En effet, ils permettent d’améliorer les pratiques des éleveurs, de réduire leur impact sur l’environnement et de réaliser des économies sur leur exploitation.

Parmi eux, les capteurs permettent de créer une multitude d’applications pour l’agriculture. L’accès à internet ou à un réseau mobile est indispensable pour piloter ces outils à distance dans le but de suivre son exploitation en temps réel.

Ces innovations en matière d’IOT ne sauraient avoir lieu si les éleveurs, souvent situés dans des zones reculées, ne sont pas dotés de connexions haut débit. Nul doute que l’arrivée des réseaux tels que LoRa, Sigfox ou encore Qowis vont permettre de contrebalancer les systèmes classiques de transmission GPRS, 3G, 2G et ce en garantissant une plus longue autonomie énergétique des objets et donc de faibles coûts d’exploitation.
Ces innovations sont l’assurance d’un gain certain en productivité : grâce à l’analyse des données, les éleveurs pourront suivre l’évolution de leur exploitation et ainsi améliorer leur efficacité et la rentabilité.

  • Les Outils d’aide à la décision pour changer la donne

Les objets connectés sont présents à tous les échelons des exploitations agricoles (robots de traite, compteurs à lait, surveillance d’activité pour la reproduction, etc.). Ces outils collectent automatiquement des données capitales pour la conduite de vos élevages : production, santé, comportements individuels, suivi de l’alimentation, etc.

Les Outils d’aide à la décision (OAD), dont une soixantaine sont répertoriés, visent quant à eux à garantir le niveau de productivité des cultures, avant de nourrir les animaux, sont principalement des logiciels de traitements de données qui génèrent des résultats. Les OAD se différencient selon la cible et les conseils généraux sur les bonnes pratiques. Un tiers d’entre eux sont spécifiques des ravageurs, un autre tiers concerne les maladies. Les autres balaient un spectre plus large. Ils abordent par exemple toutes les problématiques pour une même culture. Ils aident l’agriculteur à gérer les mauvaises herbes en permettant leur identification.

  • L’éleveur seul maître à bord

L’arrivée de l’intelligence artificielle et des outils d’aide aux décisions devraient permettre de franchir encore une étape supplémentaire. Pour l’heure, l’éleveur reste le seul maître à bord et doit pouvoir intégrer dans ses choix, outre les informations techniques, tous les éléments de contexte dans lequel il évolue.

Ainsi ces outils d’aide à la décision fonctionnent dès lors que l’éleveur a pris conscience qu’ils doivent être recoupés avec ses propres connaissances et analyses pour être utilisés à bon escient et ainsi assurer la fiabilité des résultats.

Eilyps, une entreprise de conseil auprès des entreprises ayant vocation à améliorer les performances des entreprises laitières mais aussi de viande et de caprins, a développé des outils innovants tels que Breeder Éco, un outil en ligne développé qui permet de suivre mensuellement les indicateurs économiques de rentabilité des éleveurs. Ainsi, chaque mois, ceux-ci peuvent savoir où ils en sont par rapport à leurs objectifs de vente.

Vous l’aurez compris, le domaine de l’élevage ne manque pas d’avenir surtout quand l’innovation entre en jeu !