L’identification est le premier maillon de la traçabilité. Elle va doter l’animal d’une véritable carte d’identité individuelle et permet le suivi d’une information complète de la naissance de la bête à l’assiette du consommateur. Sans ce pass, les animaux ne peuvent pas circuler.

Pour le consommateur, cette identification est donc garante de la sécurité alimentaire et de la connaissance de l’origine de la viande. Il s’agit aussi d’un outil indispensable pour les éleveurs puisqu’elle facilite les transactions, le suivi de la production, la gestion de la santé des troupeaux ou encore la lutte contre le vol.

Les objectifs de cette identification vont d’abord résider en la lutte
contre les maladies. En effet, en chaque bête une fois identifiée, il est possible de repérer facilement l’origine d’un troupeau et les animaux qui en sont issus en cas d’apparition de maladies animales.
Ce protocole de certification de l’animal concerne tous les éleveurs – bovins, ovins, caprins, porcins, équins – afin de garantir la sécurité sanitaire des produits et de maintenir la confiance des consommateurs dans la viande d’origine française et communautaire.

Les règles régissant l’identification et l’enregistrement des animaux font également l’objet de points spécifiques, passés en revue par les Services officiels.

Ainsi, les animaux de chaque éleveur sont contrôlés par les Services officiels qui vont vérifier les éléments suivants : le marquage individuel des animaux ; la tenue du registre d’élevage concernant la partie relative aux mouvements des animaux (entrées, sorties, naissances, équarrissage) ; les documents d’accompagnement (passeport pour les bovins, document de circulation pour les ovins, document d’identification pour les chevaux, document de chargement / déchargement pour les porcs) ; et enfin la notification des mouvements à la base de données nationale ou à l’établissement départemental d’élevage (EDE).

Nul ne passe à travers l’identification pour la plus grande sécurité des consommateurs !